Janik portée en terre de Savoie, 18 décembre 2019

Janik portée en terre de Savoie, 18 décembre 2019

Elle était née en 1927. Colette sa mère qui deviendrait Richarme, peintre de renom, l’avait baptisée Janik en hommage à sa propre mère qui se prénommait Jane.
Janik avait dû grandir vite pour devenir un des appuis importants de la famille. À l’époque où elle fréquentait le lycée de jeunes filles boulevard Clémenceau à Montpellier, elle se sentait déjà responsable de sa mère, même si Jean son père a toujours fait ce qui lui était possible pour soutenir la vocation de sa femme. Suite à des études de médecine, Janik s’était installée sur la Côte d’Azur. Après la disparition de Jean, elle n’a eu de cesse de se préoccuper du devenir de Richarme et de sa sœur Michèle. Leur correspondance est riche, très variée en sujets. Jusqu’à la fin et à la limite de ses forces, elle aura consacré son temps et son énergie à porter l’œuvre de sa mère afin qu’elle vive longtemps au-delà de la chair.

« Janik a douze ans. Elle porte une robe bleue. À demi allongée, elle semble perdue dans ses pensées. On peut noter la délicatesse du dessin de la main, la grâce dans l’attitude du bras. Les gris et les beiges dominent le ciel de lit. »
(extrait de Au-delà du blanc, CLC éditions, 2010)

À cette heure, elle vient d’être portée en terre auprès de Richarme dans le cimetière d’Albertville.

Œuvres de Richarme : Portrait de Janik, 1939 (huile sur carton) / Paysage de Savoie, 1938 (gouache 49 x 64)
site Richarme

Cet article a 4 commentaires

  1. Un bel hommage pour Janik, et j’aimerais ajouter à ce portrait tourné vers la cellule familiale l’autre facette : la femme qui a consacré sa vie aux enfants dans son service de pédiatrie d’Antibes, n’hésitant pas à passer la nuit après des journées déjà lourdes quand l’un d’eux ou ses parents avaient besoin d’elle. Après sa retraite, elle a poursuivi ce travail d’accompagnement des jeunes dans le quartier de la Mosson au sein d’associations militantes… sans oublier la musique, puisqu’elle accompagnait à l’orgue certains services dans sa paroisse. Une si belle personne !

  2. De délicates pensées qui nous permettent, à travers toi, ce mercredi, d’être auprès de Michèle, Régine et tous ceux qui sont affectés par la disparition de Janik. J’espère que le ciel de Savoie s’est montré bienveillant pour accompagner cet adieu chargé d’émotion. Ce message en fin d’après-midi ici (5h de décalage entre Antilles et métropole) me donne le sentiment de prolonger encore un peu la présence de Janik parmi nous…

  3. J’ai accompagné sous un ciel bleu et face aux montagnes enneigées l’au revoir à Janik…Des instants suspendus dans le temps où l’émotion perlait comme sur les feuilles des hellébores qui s’épanouissaient sur une tombe tout près de celle où Janik repose ce soir auprès de sa maman. Deux grandes Dames qui nous restent à honorer auprès de Michèle porteuse du flambeau pour que le souvenir perdure et éclaire nos vies. Jacqueline.

  4. Elle est partie rejoindre sa maman juste après plusieurs hommages rendus à celle ci et tout récemment l’inauguration du passage Colette Richarme à Montpellier. ainsi que l’exposition « du geste » à l’école d’architecture.
    Janik et sa soeur Michèle ont porté haut l’oeuvre de leur mère, il faut s’en souvenir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu