MAI 68 – ÉCHOS DU LANGUEDOC

nouvelles
collectif Autour des Auteurs
CAP BÉAR éditions, 2008

 

« Quinze auteurs pour une joute littéraire sur le thème « mai 68 à partir du Languedoc » avec toute liberté d’écriture. Quinze nouvelles qui se tissent et se croisent.

Une célébration de cette année mouvementée.

couverture Mai 68

Ma nouvelle s’intitule : De Carcassonne à Lahore.
Une femme reçoit par la poste un carnet de voyage écrit par son frère aîné quarante ans plus tôt. Ce carnet a été retrouvé et expédié par le consul de Lahore. Il s’agit d’un journal de voyage. Corfou, Istanbul, Téhéran, Machhad, Hérat, Kandahar : la route magique.

 

EXTRAIT

Hérat, entre la Perse et l’Inde, fin mai 1968
Je ne sais plus combien de jours ont passé depuis que j’ai mis le pied au cœur des montagnes bleues. Mes vêtements n’ont plus de couleur, ma peau non plus. Je suis méconnaissable.
Je me souviens qu’après Machhad on a longé des vallées déchiquetées. Rien que du rocher dans ces contrées sauvages. J’ai franchi la frontière entre Tayyebat et Eslam Qal’eh assis à l’avant d’un camion, enveloppé dans une couverture. Le chauffeur d’origine turkmène a dit en plaisantant que j’étais son frère et les types en uniforme m’ont laissé passer sans faire d’histoires. On a bien ri après coup tous les deux.

On a atteint Hérat dans l’après-midi.
Le ciel était sans nuage, presque bleu foncé.
Tout de suite j’ai eu le sentiment de débarquer en plein Moyen-Âge. Vraiment impressionnant.

Le camion a stoppé sur la route principale dans un caravansérail où les bêtes sont soignées et où les voyageurs font étape depuis des temps très anciens. J’ai fait une toilette rustique dans une sorte de chambre à sudation avec une douche glacée. Rien pu avaler du brouet de mouton qu’on m’a servi. Et puis impossible de trouver le sommeil. J’étais trop épuisé et à la fois très excité.
Ce qui est arrivé ensuite, je l’ai oublié.