COLLECTION PETITES PROSES

couverture En voyage  couverture Histoire d'Ernesto Rios  couverture Le ciel lumineux

EN VOYAGE

récit, 2008

Comment la vie réelle se réinvente à partir d’une simple photographie.

 

couverture En voyage

 

EXTRAIT

Tout a commencé par une photographie qu’un ami m’a envoyée au retour d’un voyage. Sur le moment je n’en ai pas compris le sens ni l’importance. Rien qu’une photo ordinaire, une façon de dire : Tiens, j’étais en voyage et maintenant je suis rentré. Il y avait quelques lignes écrites au dos. Je les ai lues et puis j’ai posé la photo sur le bureau.
Quelques jours plus tard ça m’a sauté aux yeux.
Aujourd’hui je la regarde encore. J’en apprends davantage.

 

HISTOIRE D’ERNESTO RIOS

série noire en six runs et un épisode, 2011
dessins de Pascal Nyiri

 

« Un dessin m’a bouleversé. D’emblée j’ai perçu que le personnage qu’il proposait, présentait une force peu commune et j’ai entendu la tonne d’histoires qu’il trimballait dans sa tête. »

couverture Histoire d'Ernesto Rios

 

EXTRAIT

Il déambulait le soir dans les quartiers chauds pour éprouver la sueur et se coltiner les relents de sang et d’ordure qui envahissaient les ruelles sitôt que le soleil disparaissait, laissant place à une moiteur épaisse où traînaient des bandes de types sans scrupules en quête de proies, l’injure et le couteau facile. À chaque fis il avait le cœur qui cognait dur. C' »était comme s’il dépassait un seuil, franchissait une frontière…

 

LE CIEL LUMINEUX DE L’ENFANCE

fragments, 2012

 

« L’artiste Élisa Fuksa-Anselme m’a invitée à écrire autour de sa série sur les portraits d’enfants. Œuvres et textes ont été exposés à l’espace culturel de Saint Jean de Maurienne (nov-déc 2012) sous l’intitulé À la croisée des regards. »

le ciel lumineux de l'enfance

 

EXTRAIT

Comment vous dire les choses autrement ? Je les aurais tellement aimés, ces enfants-là, s’ils avaient vécu près de moi, sous un ciel pénétré d’ombres ou au contraire limpide et parcouru d’oiseaux. Côte à côte nous aurions marché à travers champs, froissant, respirant les corolles épanouies. Nous nous serions accroupis pour regarder les fourmis et toutes sortes d’insectes qui cheminent l’air de rien entre les herbes en quête de butin, braves petits soldats inquiets et toujours affairés. Nous les aurions taquinés avec des brindilles et nous aurions ri de leur panique, mesurant du même coup notre pouvoir immense sur les créatures minuscules. Et sans doute que nous aurions couru en bas du vallon jusqu’au ruisseau. Il est bordé d’aulnes et de joncs où s’abritent de petits échassiers difficiles à repérer parce que leurs ailes mouchetées ont la couleur de la terre — bécasseaux, chevaliers combattants.
L’eau aurait joué sa musique autour de nos jambes. Éclaboussements, fragments de joie…

 

collection PETITES PROSES – édition privée, format Pocket
autour de 90 pages – 7 €

(on peut se procurer ces ouvrages auprès de l’auteure)