chaussée noire de pluie (4/5)

feuilleton en 5 épisodes illustrés par 5 stations photographiques de Joëlle Colomar

Prostrée dans sa maison, madame H. pleure la mort d’Éva. Elle ne veut pas voir le corps désarticulé, la peau diaphane en train de se détruire. Non.

Elle le dit à Maigre.
Elle dit qu’elle parlait souvent avec Éva, lui racontait des épisodes de sa vie. Maintenant, elle pleure en y pensant.

Elle parlait de l’enfant qu’elle avait eu trop jeune, un fils qui lui faisait des scènes et se roulait par terre. Dix ans plus tard était né Alex, rapidement tombé sous la coupe de son frère — étranges équilibres édifiés au sein des familles sans que rien ne puisse les contrecarrer. Et puis le père était mort, l’aîné avait conduit sa vie à l’étranger, Alex avait rencontré Éva.
Le couple s’était installé dans l’appartement du dessous.
Et c’est vrai que madame H. entendait du bruit parfois. Il arrivait qu’Alex crie sur Éva, l’humilie et même la blesse. À un moment donné, c’était devenu intenable — chez lui, un insatiable besoin de tyrannie.
Ils avaient fait chambre à part.
Si les gens l’avaient su, ils auraient pensé que c’était de la faute de la femme — parce qu’elle était trop belle, on ne pouvait pas lui faire confiance — alors qu’en fait, c’était lui qui déraillait.
Éva avait commencé à sortir seule.

Elle aimait certains bars à certaines heures, la lumière tamisée sur les corps et les visages, les regards en chasse, les manteaux posés sur les banquettes, pareils à de petits animaux dociles.
Cette nuit-là, l’étudiant ne vient pas, elle est au bord d’accepter la proposition du barman. Finalement non, elle se ravise. Elle enfile son vêtement et elle sort.
Nuit, pluie, odeur de gomme brûlée.

Le garçon accoudé à son comptoir ressent un chagrin immense. Cou gracile, blanc. Avant Éva, il n’avait jamais fréquenté la mort d’aussi près.
Une rumeur de vagues folles a rempli son cerveau et il grimace.

Texte : FR ©, décembre 2010
Photographie : Humaine et sauvage, de Joëlle Colomar

chaussée noire de pluie (3/5)

feuilleton en 5 épisodes illustrés par 5 stations photographiques de Joëlle Colomar

L’inspecteur Maigre et son assistant Juval vont s’intéresser aux amants occasionnels d’Éva. Un étudiant, un pianiste, un banquier divorcé, un commercial en lingerie fine. Tous semblent déroutés par l’annonce de sa mort. Ils ont le regard qui fuit et les mains qui se tordent, posées sur leurs genoux. Oui, ils l’avouent, ils ont joui de son corps — et même plusieurs fois. Difficile de repousser une femme comme elle, vous comprenez. C’est après que ça tournait mal, confient-ils aux enquêteurs, à cause de son insistance, pas moyen de s’en dépêtrer. Mais non, ils ne connaissaient pas son mari. Peut-être qu’une fois elle avait murmuré quelque chose à propos de sa vie personnelle, de son couple, elle avait dit qu’entre eux c’était fini, que lui ne l’avait jamais aimé, jamais. Mais ils ne l’écoutaient pas vraiment, ne se souciaient que de sa chair désirable — disponible.

Alex reconnaît le corps à la morgue en présence de Juval tandis que le conducteur est entendu par Maigre.
Puis c’est le tour du barman. Il affirme avoir vu quelqu’un s’enfuir dans la minute après le choc, un homme d’allure jeune. Impossible de décrire les vêtements qu’il portait.

Dans l’agenda, on peut lire le nom de l’étudiant au jour de l’accident. Interrogé une deuxième fois, il bafouille, assure qu’il n’est pas allé au rendez-vous. En fait il est amoureux d’une autre fille et ne voulait pas gâcher ses chances. Le musicien ne jouait pas ce soir-là. Il marchait dans la nuit parce qu’il aime la solitude, de toute façon elle n’était pas son genre quand bien même très belle. Quant aux autres, ils semblent hors de cause d’après Juval.

Pourtant, ce corps parfait — fougère fragile — poussé sur la chaussée noire de pluie, assassiné.

Texte : FR ©, décembre 2010
Photographie : Gracile, de Joëlle Colomar

chaussée noire de pluie (2/5)

feuilleton en 5 épisodes illustrés par 5 stations photographiques de Joëlle Colomar

Une femme âgée ouvre la porte.
– Madame H., c’est vous ?
Elle fait oui de la tête tout en posant une main sur sa poitrine.
– Qu’est-ce qui passe ? C’est mon fils Alex ?
– Non, répond l’un des policiers. C’est votre belle-fille… il est arrivé quelque chose.
Elle s’effondre. Elle dit qu’elle aime Éva autant que ses propres enfants. Gaie, vivante. Tellement belle avec ça.
– On l’a tuée, n’est ce pas ?
Elle le sent, elle le sait. Le policier ne répond rien. Madame H. hurle. Tout de suite après, elle se reprend et compose le numéro de portable d’Alex, mari d’Éva. Il roule en voiture quelque part dans la ville. Il dit qu’il sera là dans un quart d’heure.

La quarantaine, complet veston, bien peigné. Aucun sentiment ne paraît sur son visage. Il parle en baissant les yeux, affirme qu’elle et lui ne partageaient plus rien depuis quatre ans. Elle vivait dans sa propre chambre et lui dans la sienne. Des choses qui arrivent —  que personne ne soupçonne.
– Mais il faut que je vous dise…
– Oui, dit le policier.
– Elle était un peu, comment dire ? Elle était… dérangée. Elle draguait des hommes dans des bars, n’importe lesquels pourvu qu’ils veuillent bien d’elle.
Sa voix a hésité, produisant une suite de sons étouffés, pourtant le ton est resté crédible jusqu’au bout. Après, le silence.
Mère et fils tournent la tête dans la même direction, regardent par la fenêtre les palmiers qui se tordent dans la nuit.

Dans la chambre d’Éva, les enquêteurs trouvent un carnet de rendez-vous avec des noms et des adresses, ce qui vient confirmer les dires d’Alex.

Texte : FR ©, décembre 2010
Photographie : Tourmente, de Joëlle Colomar