françoise renaud, photographies

regarder le monde à côté

sentinelle

Décidément trop étroit son corps, pour demeurer en première ligne et affronter les coups de chien. Le dernier en date lui a pris un membre — il gît encore dans l’herbe à son pied.
Et puis toutes ces balafres.
Mais il tient bon en dépit des hivers, des furies de la mer.

Et c’est vers la brande qu’il penche, du côté des hommes. Il sait ce qu’ils ont subi. L’arbre est repère en ce pays d’usure.

Fragment de travail en cours (parution prévue au printemps 2013)
Texte et photographie : Françoise Renaud©, 2011

Au Suivant Poste

Précedent Poste

6 Commentaires

  1. denise miège 8 juillet 2012

    oh! si les hommes savaient comprendre l’arbre, le respecter et l’aimer …. on n’en serait pas là (bis)

  2. Lydia CONTI 7 août 2012

    Très jolie photo, Françoise. Elle me fait penser à mon amie Olga, ma vieille amie qui aime tant les arbres.
    Le texte est magnifique, moi, je n’avais pas remarqué que c’est du côté des hommes que cet arbre penche. Sans doute a-t-il ses raisons.

  3. françoise renaud 8 août 2012 — Auteur d'un article

    Ces images annoncent le « beau livre » que je concocte depuis plusieurs années (textes et photos) sur mon pays de naissance en sud Bretagne.
    Elles ont pour but de donner le goût de ce territoire qui m’a forgée…
    J’espère que ce livre vous donnera envie de le visiter…(parution prévue au printemps 2013)

  4. Nyiri Pascal 25 août 2012

    Oui Françoise, l’arbre dit.
    Son unicité est absence.
    P.

  5. roger marie jeanne 10 octobre 2012

    vivement la parution du livre de chez nous je t’embrasse depuis notre belle corniche

  6. Lydia 23 avril 2014

    Bientôt le mois de mai et, sans doute bientôt la parution tant attendue.
    Nous devons être nombreux à être impatients.
    Découvrir le reste de cette mise en bouche qui nous laisse sur notre faim

Répondre à roger marie jeanne Annuler la réponse

© 2021 françoise renaud, photographies

Thème par Anders Norén