françoise renaud, photographies

regarder le monde à côté

jardin (1)

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire… j’ai reçu une lettre de ma mère.
Elle écrit : « Est-ce possible qu’il y ait si longtemps ?… »

composition 13 – photographie de Françoise Renaud ©

Au Suivant Poste

Précedent Poste

2 Commentaires

  1. GIULIA 19 septembre 2010

    Bonjour. J’enfonce une porte ouverte mais c’est vrai que le temps passe si vite et l’on ne peut s’empêcher d’être envahi par la nostalgie parfois. Ce doit être encore plus vrai pour votre maman qui se souvient de votre naissance, de votre enfance, de votre adolescence… et puis de votre envol!
    « Ô temps, suspend ton vol » écrivait le poète. Il parait que le temps n’existe pas dans d’autres dimensions…qui sait? Quel dommage,j’ai donc raté votre anniversaire et surtout de magnifiques posts comme celui de la plume couleur de l’orange pour n’en citer qu’un. Je vous embrasse et vous dis en italien « Buon proseguimento » !(je traduis mais vous connaissez peut-être ou bien vous devinerez cette langue romane = « Bonne continuation »). Bien des choses à votre maman, chère Françoise.

  2. françoise renaud 19 septembre 2010 — Auteur d'un article

    C’est souvent le ‘grandissement’ des enfants qui procure des repères aux adultes.
    Car si l’évolution des saisons réveille régulièrement notre conscience du temps, il s’agit de cycle ou de boucle. Ainsi l’hiver nous ramène à l’hiver, en passant par les cases intermédiaires… Toujours un peu la même chose avec certaines nuances de plus froid ou de plus chaud.
    Les petits, eux, se développent à un rythme si rapide qu’il nous sidère. La mère garde mémoire en sa chair – de mère – de l’évolution des êtres qu’elle a portés vers la lumière.

Poster un Commentaire

© 2021 françoise renaud, photographies

Thème par Anders Norén