chaussée noire de pluie (1/5)

feuilleton en 5 épisodes  illustrés par 5 stations photographiques de Joëlle Colomar

Une femme est accoudée au comptoir.
Le barman lui parle, se dit prêt à modifier ses plans pour la soirée si elle veut bien l’attendre. Fin de son service dans une heure. Il tente sa chance parce qu’elle lui plaît — une chose qu’il a envie de faire depuis longtemps. Parce qu’elle vient souvent dans cet endroit, rarement seule. Mais elle dit que non. Un refus sans dédain, sans explications. D’ailleurs elle sort après avoir enfilé son manteau.
Grand fracas. Bruits de freins, dérapage.

Il pleut. La femme qui fumait tout à l’heure est allongée sur le bitume, robe enroulée autour des jambes.

Un homme sort de la voiture en criant. On l’a poussée sous mes roues, je n’ai rien pu faire, sa tête a dû heurter le pare-chocs. On voit un filet de sang couler à la lisière des cheveux.
Voilà qu’il pleurniche tandis qu’on appelle les secours.
Depuis le seuil du bar, le garçon observe le cou blanc de la femme pareil à celui d’un oiseau percuté dans la nuit. Somptueux. Il aurait pu l’embrasser en cet endroit précisément s’il avait su la convaincre. La vie, c’est comme ça. Un grain de sable dans l’engrenage, un simple frémissement de papillon, et tout s’en trouve changé.
Il pense à des îles couvertes de goémon, à une mer démontée courtisée d’oiseaux.

L’inspecteur qui fouillera le sac de la femme allongée, trouvera une collection de cartes de visite, celles des hommes qu’elle avait croisés, auxquels elle s’était donnée ou refusée.

Texte : FR ©, décembre 2010
Photographie : Insolite
, de Joëlle Colomar