le landau

extrait du recueil Le ciel lumineux de l’enfance qui vient de paraître dans ma collection Petites Proses.

Un après-midi, une lumière, un parc avec des arbres.
Ou simplement une cour entre la maison et la rue. L’enfant ose ses premiers pas à l’aide de son landau.
Vous le regardez faire. C’est dans le cours naturel des choses.

Vous applaudissez.

Et vous pensez que cet événement arrive depuis que des êtres naissent du ventre des femmes et se nourrissent de leur sein. C’est comme ça. Un jour ils deviennent assez forts et l’envie leur vient de se redresser et de marcher — pas d’autre choix.

Et l’enfant encore nourrisson ne sait pas où il va, mais c’est ainsi qu’il lui plaît de vivre : en marchant et en poussant son landau tout en jetant à droite à gauche des petits cris de joie. Quelques mètres parcourus pour un immense voyage.

Maintenant vous regardez le tableau.
L’allure du landau et la robe vichy de la femme vous ramènent aux années cinquante. Ce petit pourrait bien être votre frère, votre mari, votre fils, votre cousin.
Pour ma part, le landau me ramène à ma sœur disparue à l’âge de neuf ans, une jolie petite fille — son sang était malade. Depuis le jour où on l’a portée en terre, elle est devenue mon organe manquant, ma zone d’ombre.

D’après « Une promenade », © Élisa Fuksa-Anselme, 2012
(techniques mixtes, 40 x 40 cm)

fragments et récits écrits autour des tableaux d’Élisa Fuksa-Anselme,
série « À la croisée des regards »

À l’occasion de ce partage avec Élisa Fuksa-Anselme, je donnerai un atelier d’écriture le 10 novembre en Savoie.

6 réflexions au sujet de « le landau »

  1. Droit au coeur, cet émouvant retour à l’enfance! Retour aux sources… et tout à fait dans le ton de ces jours de Toussaint. …
    Moi aussi j’ai envie de lire le reste!
    Bisou. F.

  2. Quelle est cette ombre ?
    Quelle chose se dresse devant mon ciel lumineux ?
    Qu’est ce qui me fait de l’ombre ?
    Me faudra-t-il changer de place ?

    Ombre grise ? Ombre noire ? Nuit ? Voile léger ? Puits sans fond ? Douleur familière ?

    Quelle est donc cette chose qui projette une ombre immense ?
    Chose si petite, si proche de la lumière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *